Archives mensuelles : juillet 2010

Le Bistango: un classique de Québec et de mon enfance

Tableau: Suzanne Laurendeau

« On ne vit qu’une fois mais si l’on vit bien, une fois suffit »

Cette phrase est écrite sur un tableau de Suzanne Laurendeau qui trône au Bistango depuis…ma tendre enfance. Ce tableau (magnifique, d’ailleurs) et, surtout, cette phrase sont devenus emblématiques de l’institution qu’est le Bistango. Et ça ne pourrait pas mieux lui convenir.

D’abord, avant de vous parler bouffe et service, je dois vous avouer que je suis biaisée. Le Bistango, je suis née dedans, presque, puisqu’il fait partie de l’entreprise familiale. Voilà, c’est dit.

Ce qu’il faut savoir du Bistango, c’est qu’il est ouvert – et plein à craquer – depuis 1986. J’avais trois ans. J’y ai passé beaucoup, beaucoup de temps. J’ai fait des courses de chariots à bagages avec mon frère, ma soeur et ma cousine dans le corridor qui relie le ALT (autrefois le Germain-des-Prés) au restaurant. J’ai joué à la cachette en dessous des tables dans les salles de réunions. J’ai fait des demandes complètement bizarres et j’ai agi souvent en petite enfant gâtée (une chance que j’étais cute!). J’ai bu une quantité infinie de Shirley Temple’s et, plus tard, j’y ai découvert le vin (!). J’y ai aussi occupé mon premier emploi, comme préposée au vestiaire, à 15 ans.

Enfin, tout cela pour dire qu’il y a beaucoup de très bons souvenirs attachés à ce lieu, que j’affectionne particulièrement, et au personnel. Ils sont plusieurs à y être depuis le début et à m’avoir vue grandir. D’ailleurs, comme j’étais assez difficile, dans le temps, les chefs m’avaient fait une recette de pâtes sauce crème et crevettes, « sans affaires vertes », comme je disais. C’était les Pâtes Clarah et, à ce jour, je m’en ennuie encore (ne me dites pas que je peux les reproduire. Je le sais. Mais c’est pas pareil.).

Les gens

Je m’attarde d’abord sur les gens, parce que pour moi, une bonne expérience au restaurant est attribuable autant aux gens et au service qu’à la qualité de la nourriture. Et côté service et âme, l’équipe du Bis a compris. Les gens du Bistango, ça commence par Patrick Deschamps, copropriétaire, gérant, sommelier et maître d’hôtel extraordinaire. Patrick et sa charmante femme Jeannine font une équipe du tonnerre et connaissent leurs clients par leur nom, leurs préférences en vins et par leurs petites habitudes. Le Bistango, c’est aussi Bernard, un genre de superman de la restauration qui veille sur tout, est toujours là, toujours de bonne humeur et d’un rare professionnalisme. Le Bis, c’est également Éric, Odette, Gisèle, Sophie et toute une équipe de gens dont plusieurs sont au poste depuis le début ou presque. Ce faible taux de roulement du personnel est sans doute un des secrets du succès de l’endroit, qui est plein matin, midi et soir.

Parlons de bouffe, maintenant.

En presque 25 ans, j’ai mangé au Bistango beaucoup trop de fois pour vous parler de tout. Je vous parle donc de certains trucs sur la carte que j’aime particulièrement, préparés par le très sympathique chef Sylvain Lambert.

  • Le tartare de saumon: Un classique, je sais. Mais le tartare du Bistango est si bon que je ne mange que celui-là. Peut-être par habitude, me direz-vous, mais le fait est que je suis automatiquement déçue si j’en commande dans un autre établissement. Frais, juste assez relevé, c’est à mon sens le meilleur tartare de saumon de Québec.
  • Les pâtes du Bistango: d’une simplicité folle, les pâtes du Bistango sont des linguines au pesto, avec une sauce jambon, pignons de pin, tomates, basilic (le « stuff », comme on l’appelle). Ces pâtes sont tellement bonnes (surtout avec de l’extra « stuff ») et réconfortantes que ce n’est pas rare que nous la commandions tous lors de nos repas familiaux. Je m’attends d’ailleurs à une petite révolution au sein de la famille si un jour cette item est retiré du menu.
  • Carré d’agneau au bleu et porto: Le nom du plat le décrit pas mal bien…Un carré d’agneau avec une sauce au porto et un gros morceau de fromage bleu. Habituellement, je ne suis pas fan du bleu, mais l’ensemble des saveurs est exquis et les ingrédients sont en parfait équilibre. Un « must » si vous y allez.
  • Côte de veau de lait au vieux cheddar, oignons caramélisés et balsamique: C’est ce que j’ai mangé la dernière fois que j’y suis allée, il y a quelques semaines, et c’était franchement délicieux. Une grosse côte de veau de lait garnie d’oignons caramélisés, de vieux cheddar fondu et d’une réduction de balsamique. Le tout servi sur un lit de légumes verts croquants. Un peu lourd pour l’été, mais le parfait plat d’automne réconfortant.

Un truc intéressant à savoir aussi, c’est que le Bistango offre à tous les soirs une table d’hôte comprenant un choix de deux entrées, d’un potage, de quatre ou cinq plats principaux et d’un dessert à un prix fort raisonnable – soit entre 30 $ et 40 $ environ.

Le restaurant offre aussi une superbe sélection de vins – Patrick est un grand amateur et ça paraît.

Je sais que tout cela semble être une infopub à peine déguisée. J’aime le Bistango et son monde d’amour, alors je prêche pour ma paroisse, c’est vrai. Mais pour moi le succès et la constance de l’endroit, depuis près de 25 ans maintenant, parlent d’eux-mêmes.

Je vous suggère le lieu très très fortement lors de vos prochains voyages à Québec. Vous m’en donnerez des nouvelles!

www.lebistango.com

1200, avenue Germain-des-Prés

418-658-8780

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Bouffe, Princesse Clarah, Restos

En vacances!

Je sais, je sais. Je néglige un peu le blogue ces jours-ci. C’est que je suis trop occupée à vivre l’été et à essayer des lieux pour vous en parler plus tard! Dans les prochaines semaines je prévois vous parler, entre autres, de Biron, du Bistango à Québec, de la Brasserie T!, de O Noir (pouvez-vous croire que je n’y suis encore jamais allée?), de crème glacée et de plein d’autres découvertes vraiment cool.

D’ici là, soyez patients ou, encore mieux, allez jouer dehors!

Grosses bises et bonnes vacances!

Poster un commentaire

Classé dans Bouffe, Cocktails, Princesse Clarah, Restos