Archives mensuelles : mai 2010

SIDIM 2010

Petit billet éclair pour vous parler du SIDIM 2010. J’y étais hier matin et, franchement, n’ai rien vu de vraiment extraordinaire en terme de design.

Ce que j’ai aimé, en vrac: toute la tribune des designers (entre autre l’oeuvre de la charmante Pascale Girardin et les lampes LampiLampa) et les meubles et accessoires de CNI. Aussi beaucoup aimé les meubles en carton de la firme Molo Design.

Je pense qu’il vaut la peine d’y aller pour voir ce qui se fait en ce moment  et aussi pour discuter un peu avec la bande de Mission Design, qui est une organisation absolument géniale.

Bonne visite!

Publicités

1 commentaire

Classé dans Design

I (heart) BBQ Montréal

C’était vendredi soir. J’avais rendez-vous avec les 2 Capricieux, Gabrielle Chalifoux et son copain pour aller essayer le restaurant BBQ Montréal, dans le Vieux. Comme les critiques étaient très bonnes, j’avais bien hâte d’essayer le lieu et Gabrielle et moi parlions de manger leur fameux « surf n’ turf » depuis des semaines (madame est busy, je l’ai attendue LONGTEMPS!). Il est 20h, donc, et, en retard, je cours presque sur la rue Saint-Paul pour arriver au rendez-vous à une heure décente. Bien sûr, comme j’étais montée sur des talons de 10 centimètres, avec les fabuleuses rues en pierres inégales du Vieux-Montréal (c’est très sarcastique ce que je vous dis là. En tant que résidente du Vieux, ces rues m’énervent au plus au point. Surtout lorsque je suis en talons. Ce qui est souvent.) et au téléphone, comme d’habitude, je suis tombée. C’est donc les genoux en sang et les jambes sales que je suis arrivée au BBQ. Ça commence bien. Vite, un verre de vin!  J’ai commandé un Sauvignon dont le nom m’échappe. Un délice (cela dit, avec ma course, ma fouille et tout le reste, j’aurais bu du « Notre Vin Maison » que je l’aurais trouvé super).

Je suis désolée d’avance. Mes photos ont été prises avec une petite caméra de poche. Pas parfait. Les photos de Gabrielle sont meilleures.

20h30 (environ – la compagnie était si charmante, j’avoue que je n’ai pas regardé l’heure). Tout le monde est là, on est prêts à commander. J’avais entendu parlé en bien de la compression de soupe à l’oignon, donc c’est ce que j’ai choisi en entrée. Quant au plat principal, comme Gabrielle et moi en rêvions depuis des lunes, la question ne s’est pas posée et nous avons opté pour le surf n’ turf, qui est une assiette à partager. J’aimerais vous dire que je me souviens de ce que les autres ont commandé, mais…j’ai un peu oublié. Encore une fois, je vous réfère au billet de Gabrielle pour photos.

Compressé d'une soupe à l'oignon

Je comprends qu’en regardant la photo, vous vous demandez où est la partie « soupe » du truc. En vrai, il n’y en a pas. Chaque composante de la soupe à l’oignon gratinée traditionnelle est servie séparément: condensé d’oignon et vin rouge dans une boule frite (mmmm), migneron, bacon, croûtons. L’assiette était surprenante et, si chaque partie de l’entrée était très bonne individuellement, c’est en prenant une petite bouchée de tout en même temps qu’on tombe en amour avec le plat.

Vient le moment tant attendu, celui du fameux surf n’turf. Attention, chez BBQ, on ne niaise pas avec le concept des portions. Arrive devant Gab et moi une GIGANTESQUE assiette contenant une livre de côtes levées et une méga, giga grosse guedille au homard. Le tout est accompagné de pommes de terre rattes avec bacon et crème sure et de salade de chou.

Surf n'turf

Pommes de terre rattes avec bacon et crème sûre...cochon à souhait!

Les côtes levées étaient parfaites, tendres – et la sauce BBQ délicieuse. La gigantesque (!) guedille était remplie de gros morceaux de homard, de fromage et d’autres bonnes choses moyennement bonnes pour la ligne mais SI bonnes pour le moral (après être tombée, et tout, voyez-vous). Je n’ai pas réussi à tout manger, mais le Capricieux s’est fait un PLAISIR de finir ma moitié. Après quelques minutes, il ne restait donc plus rien de cette gargantuesque portion de bonheur.

C'est fini 😦

Après toute cette bouffe, on aurait clairement pu se passer de dessert…mais…il y avait du chocolat au lait sur le menu!

Pleines de sagesse (!), Gabrielle et moi avons donc partagé aussi le dessert – qui était un peu de trop, mais très bon.

Le verdict BBQ? Un lieu franchement sympa, une bouffe confortable, simple tout en sortant des clichés, une belle carte des vins et un service très attentioné sans être envahissant.

Petit bémol: Comme les portions sont grosses et un peu lourdes, je ne le suggère peut-être pas pour les soirées très chaudes de l’été.

BBQ Montréal fera maintenant partie, sans aucun doute, de ma liste d’endroits préférés dans le Vieux-Montréal. Courez-y (mais pas trop vite, si vous ne voulez pas tomber! 😉

BBQ Montréal

372 rue Saint-Paul Ouest

514-284-0444

3 Commentaires

Classé dans Bouffe, Restos

Souper sans gluten avec Normand Laprise, Giovanni Apollo, Éric Gonzalez et Christophe Morel

Connaissez-vous la maladie coeliaque? Rassurez-vous, avant hier, je n’avais pratiquement aucune idée de ce que c’était non plus. La maladie coeliaque est LA maladie que je ne voudrais pas avoir: elle est causée par une intolérance totale au gluten. Et le gluten, il y en a pas mal partout dans ce qui est bon, comme dans les pâtes, les desserts, les céréales…

Mine de rien, selon le site web de la Fondation de la maladie coeliaque du Québec, il y a plus de 300 000 canadiens atteints de la maladie coeliaque, dont 76 000 québécois. Il y a aussi neuf personnes atteintes sur dix qui ne savent pas qu’ils ont la maladie, donc qui continuent à manger du gluten et à vivre avec un inconfort.

Hier avait lieu, au parquet du Centre CDP Capital, le premier souper bénéfice pour la Fondation de la maladie coeliaque. Le concept: un souper sans gluten préparé par quatre chefs – et pas n’importe lesquels: Normand Laprise du Toqué!, Giovanni Apollo, Éric Gonzalez de l’Auberge le Saint-Gabriel et le chocolatier extraordinaire Christophe Morel. Invitée par Christiane Germain, qui assurait la présidence d’honneur de la soirée, inutile de vous dire que je n’ai pas hésité très très longtemps à accepter l’invitation.

La soirée ne se prêtait malheureusement pas à ce que je mette mon chapeau de blogueuse et que je sorte le gros Canon Rebel pour photographier la bouffe, mais j’ai pensé que vous aimeriez avoir une idée du menu.

Hors d’oeuvres (préparés par Normand Laprise):

  • Pétoncle Princess mariné à l’eau de rhubarbe et fraise. Comme je suis arrivée avec une mini nausée, je n’y ai pas goûté, mais on m’a dit que c’était très bon.
  • Sucette de terrine de foie gras caramélisé avec fleur de sel. Oui oui. Foie gras, caramel et fleur de sel. Bon. Très bon.
  • Lait aux asperges. Surprenant, léger, frais et délicieux.

Ces bouchées étaient accompagnées d’un champagne premier cru de la maison Paul Goery.

Entrée (préparée par Giovanni Apollo)

  • Longe de saumon snakée et marinée à la japonaise, émulsion de riz basmati et riz soufflé noir, whip de bouillon d’épices. Quelle belle entrée! Très fraîche, colorée. Les différentes mousses et émulsions apportaient vraiment quelque chose de différent à chaque bouchée.

  • L’entrée était accompagnée d’un vin blanc, le Capitel Croce, Anselmi Veneta i.g.t

Plat principal (préparé par Éric Gonzalez)

  • Médaillon de cerf au grué de cacao, purée fine de céleri rave au beurre, espuma aux champignons, vinaigrette de mûres / porto et lard croustillant. Ce n’est plus un secret, j’ai un gros gros faible pour le travail d’Éric Gonzalez, donc j’avais déjà parti prix. Le choix du cerf était surprenant et ambitieux pour un banquet et le résultat était délicieux, surtout considérant que le matériel  de cuisson fourni sur place était un brin défaillant.

Le plat principal était servi avec le vin rouge Massa Toscana

Plateau de fromages

  • Ça, c’est toujours bon. Les fromages servis étaient le Chèvre Noir (que j’adore depuis toujours), le Brie Double Crème et le Aura. Le tout accompagné de deux condiments, soit le miel aux truffes (pas mon truc préféré, un peu étrange) et de pistou de chèvre au poivre rose et au basilic (très bon).
  • Fait à noter, le pain servi avec le fromage et le repas était évidemment sans gluten. Un peu weird. Le pain au raisin aurait surement été très bon grillé, mais bon, il ne l’était pas. Le pain sans gluten pas grillé est une des raisons majeures pour laquelle j’espère ne jamais être coeliaque: c’est un peu mouillé, comme si c’était brioché, mais pas sucré…et ça goûte…drôle.

Le plateau de fromages était servi avec un Pinot gris King Estate Oregon

Le dessert (préparé par le chocolatier Christophe Morel)

  • Boule surprise: Boule au chocolat du Vénézuela à l’intérieur de laquelle se trouvait une crème légère au sirop d’érable et crémeux au citron jaune. La « boule » contenait également un biscuit au chocolat sans farine et des noix de pacane croquantes. Bon. Je ne connaissais pas Christophe Morel avant. Il est maintenant mon héros. Son dessert était beau, surprenant, bon, sucré, mais pas trop. Et encore une fois, SI beau. M. Morel n’a pas de boutique, mais vous pouvez acheter ses produits en ligne ici… faites le maintenant!

Le dessert était servi avec un cidre de glace du Domaine Lafrance.

Somme toute, donc, une délicieuse soirée qui a permis, dans mon cas, de démystifier la maladie coeliaque, mais surtout de déguster la nourriture de quatre excellents chefs, tout en amassant plus de 50 000 $ pour la recherche. Bonne bouffe, bonne cause…quoi demander de mieux? Bravo à la Fondation et je vous souhaite beaucoup de succès pour les prochains événements bénéfice!

MAJ: Je vous réfère aussi à ce blogue pas mal cool sur la vie sans gluten: Gluten Free Girl

Poster un commentaire

Classé dans Bouffe, Cocktails, Princesse Clarah

À venir

Le temps a manqué dans les derniers jours pour entretenir mon blogue, mais je tenais à vous tenir au courant des choses qui se trament et des billets à venir! Entre autres, je prépare un billet sur un souper extraordinaire entre copines à l’Auberge Saint-Gabriel. Je souhaite aussi vous parler de quelques projets d’architecture et de design pas mal cool à Montréal.

Petit retour sur le Saint-Gabriel. Je vous en ai parlé à quelques reprises et  je me permets d’insister parce que je suis une fan finie du lieu et de son chef, Éric Gonzalez. Le billet que je vous prépare parle de l’art de Jean-Daniel Rohrer, de tartare de bison avec sorbet de tomate, de vivanneau, de risotto, d’or, de la meilleure île flottante EVER, de pot de nutella avec crème de banane…

Ça vous donne faim? Moi aussi. En plus, il y a de gros changements très éclatés à l’Auberge en ce moment. De l’art, des accessoires ultra cool (il faut se déplacer pour voir le tourniquet et la lampe faite de deux orignaux sans tête (!)) et une ambiance nouvelle, unique à Montréal.

À suivre!

3 Commentaires

Classé dans Bouffe, Design, Restos

À maman

Il y a des gens, dans notre vie, qui veulent tout dire. J’ai la chance d’avoir des amis extraordinaires, beaucoup, à part ça. J’ai aussi la chance de bénéficier du support incroyable de ma famille. À la base de tout cela, il y a mon papa (je vous en parlerai plus tard) et ma maman. MA maman.

Ma mère, elle est belle. Ma mère, elle est forte. Ma mère, elle est douce (la plupart du temps.hihi), elle est empathique. Ma mère, elle accepte nos choix, quels qu’ils soient. Parfois un peu désespérée, surtout des miens, mais elle accepte quand même.

Ma mère, elle prend soin de nous quand on est malade et est une encyclopédie de remèdes de grands-mères.

Ma maman avec sa petite fille, Élie.

Il y a tout cela, donc, qui fait que ma mère est la meilleure maman au monde. Mais en plus, ce qui est vraiment vraiment très chouette, surtout pour moi, c’est qu’elle cuisine comme une déesse. Elle nous a appris que la simplicité en cuisine était souvent la meilleure recette. Je refais plusieurs de ses plats à la maison et c’est toujours, toujours un succès.

Comme c’est une fête des mamans un peu fraîche aujourd’hui, je partage avec vous sa délicieuse recette de cigares au chou. Du vrai comfort food pour faire oublier qu’on est en mai et qu’il neige.

Alors voici:

Cigares au chou de maman

Ingrédients :

·       1 ou 2 oignons

·       3 gousses d’ail

·       Carottes en gros morceaux

·       Navet en morceaux assez gros.

·       Piments (Vert, rouge, jaune) (Facultatif)

·       1 gros chou de Savoie

·       1 brique de lard salé maigre

·       Mélange de porc, bœuf et veau haché (Entre 600 g et 800 g)

·       ¾ à 1 sachet de soupe à l’oignon

·       1 œuf

·       Mie d’une ou 2 tranche(s) de pain

·       1 boîte de tomates

·       1 boîte de sauce tomates

·       1 boîte de bouillon de poulet (Campbell en conserve)

·       3 boîtes de crème de tomates

·       Jus de tomates ou V-8 ou V-Go (à la fin pour ajuster la consistance de la sauce- quantité au goût)

·       Origan, basilic, 1 feuille de laurier, sel, poivre

·       Piments chili broyés (Facultatif)

·       Huile et beurre

·       Cure-dents

Étapes :

1.    Enlever le cœur du chou et prélever délicatement le nombre de feuilles nécessaire (Autour de 15).

2.    Dans un grand chaudron, amener une bonne quantité d’eau salée à ébullition.

3.    Y mettre les feuilles de chou, quelques-unes à la fois pour les ramollir un peu.

4.    Les égoutter légèrement

5.    Couper le lard salé en dés – les mettre dans de l’eau et amener à ébullition (pour les dessaler).  Laisser bouillir 5 minutes et égoutter.

6.    Dans un poêlon, faire revenir le lard salé dans un peu d’huile et de beurre, jusqu’à ce qu’il soit cuit mais pas sec, ajouter les oignons hachés, faire suer les oignons.  Lorsque les oignons sont translucides, ajouter l’ail et les poivrons (facultatif), laisser ramollir quelques minutes.  Arrêter la cuisson et réserver.

7.    Dans un bol, mélanger la viande, l’œuf, la soupe à l’oignon, la mie de pain (déchirée en petits morceaux) et un tout petit peu d’eau.

8.    Déposer une feuille de chou sur une planche, enlever la partie dure au bas.  Saler et poivrer la feuille, façonner un cigare avec la viande, rouler dans la feuille de chou et rentrer les extrémités du chou au bout.  Fixer avec un cure-dents.  Préparer tous les cigares et les déposer dans un grand chaudron qui va au four.

9.    Ajouter les lardons, les légumes, tous les autres ingrédients et de l’eau jusqu’à consistance voulue.  Mettre au four à 350° quelques heures et rectifier l’assaisonnement (Normalement, lorsque les morceaux de navet sont cuits, c’est prêt à déguster.

10.  On peut aussi les faire cuire à la mijoteuse environ 6 à 7 heures.

Bon appétit!

Bonne fête aussi à toutes les mamans du monde.

Merci à la mienne de m’endurer, d’avoir fait de moi celle que je suis. Merci aussi pour l’introduction à la gourmandise, à la bouffe, à la cuisine. Je t’aime.

Maman et Momo!

5 Commentaires

Classé dans Bouffe, Princesse Clarah

Journée Internationale sans diète…

Aujourd’hui, le 6 mai, c’est la Journée Internationale sans diète. Au Québec, cette journée est promue par l’organisme ÉquiLibre, qui encourage les femmes et les hommes de tous les âges à adopter un mode de vie sain, mais surtout à banir le mot « régime » de leur vocabulaire. En fait, le message, c’est que l’important, c’est de bien manger, de bouger et de s’accepter. D’accepter aussi que notre silhouette n’est pas celle de Coco Rocha.

Fait que, en cette Journée Internationale sans diète, qu’est-ce qu’on fait? On se garroche chez McDo? Non. On se fait plaisir. On le mange, notre cupcake, ou on fait une recette avec un peu plus de beurre. Ou on fait cette recette complètement cochonne de la Cabane à sucre du Pied de Cochon. On essaie aussi de changer nos mentalités envers nous-mêmes et les autres. On se dé-conditionne à voir certains aliments comme « interdits » et on se dit qu’à la base, aucun aliment n’est mauvais si on modère.

On se gâte avec les twigs au noisettes, amandes et choco de la délicieuse Kreavie (www.kreavie.ca)

Bonne journée gourmande!

1 commentaire

Classé dans Bouffe